Les 7 péchés capitaux du traducteur

Malgré un titre volontairement provocateur, je ne prétends évidemment pas me poser en donneuse de leçons ! J’ai plutôt voulu compiler quelques conseils glanés çà et là entre blogs et réseaux sociaux, et que j’ai trouvé particulièrement utiles. Et aussi me faire l’avocat du diable, parce que dans la vie, tout est une question d’équilibre…

La paresse

Ah, procrastination, quand tu nous tiens… Quand on est son propre patron, pas toujours évident de se motiver soi-même, de se mettre au boulot même quand on aurait bien envie de sortir prendre l’air, de s’atteler à certaines tâches ingrates ou déplaisantes mais pourtant indispensables.

Le travail, le travail et encore le travail : oui, mais ce n’est pas une raison… pour sacrifier ses week-ends, ne pas se ménager de pauses et ne jamais prendre de vacances !

L’orgueil

Le traducteur apprend constamment, surtout quand il débute ! Et il fait parfois des erreurs, car l’erreur est humaine. Pour s’améliorer (et conserver de bonnes relations avec ses clients), il est indispensable de savoir accepter la critique.

Une bonne dose d’humilité, donc… ce qui n’empêche pas d’être fier de son métier, et de savoir ce que l’on vaut.

La gourmandise

Parfois on a les yeux plus gros que le ventre et on est tenté d’accepter des projets, même dans des domaines que l’on ne maîtrise pas, plein de projets, sans se demander si on arrivera au bout, par peur des périodes de disette qui suivront peut-être… Gare à l’indigestion, au non-respect des délais et à la mauvaise qualité !

En revanche, pas de contrindication pour l’appétit d’apprendre et la soif de savoir qui touchent la plupart des traducteurs !

La luxure

On peut être tenté, par peur des fins de mois difficiles ou par peur de déplaire, de chercher des clients, n’importe quel client, à n’importe quel tarif, ou d’accepter de faire des entorses à son éthique. L’objectif est de vivre dignement de son activité, pas de se prostituer !

Cela n’empêche que développer son entreprise, ça signifie aussi savoir se vendre, séduire les clients avec une identité visuelle qui accroche, une attitude agréable et professionnelle.

L’avarice

Nous ne sommes pas que des traducteurs, nous sommes aussi des entrepreneurs. Et une entreprise aura du mal à se développer si on refuse d’y investir un minimum : logiciels de TAO, dictionnaires spécialisés, déplacements, formation continue, matériel informatique… Les besoins d’un traducteur sont raisonnables, mais il faut prévoir un budget dépenses malgré tout.

On ne joue pas les radins, donc… mais ce n’est pas une raison pour brader ses tarifs et travailler pour des cacahouètes !

La colère

« Les tarifs sont trop bas, les agences de traduction nous exploitent, nos clients nous mènent la vie dure… » Râler dans les forums n’avance pas à grand-chose, se lamenter sur son sort encore moins. Inutile d’en vouloir à la terre entière : en tant que freelances, on a notre mot à dire, et on peut faire nos propres choix.

Bien entendu, cela ne veut pas dire qu’il faut s’écraser en toutes circonstances et se laisser marcher sur les pieds par des clients indélicats ou arnaquer par des mauvais payeurs.

L’envie

Je suis toujours surprise de constater que certains traducteurs considèrent leurs confrères comme des concurrents. Entre rencontres virtuelles et vraies rencontres de traducteurs, j’ai plutôt le sentiment d’avoir un vaste réseau de collègues, où l’on peut partager entraide, bons tuyaux, solidarité et discussions à bâtons rompus.

Par contre, si l’envie et la rivalité me semblent malsaines, je pense qu’il est très positif de compter parmi ses contacts des confrères que l’on admire, qui nous servent un peu de modèle.

Je l’avoue, même si je m’efforce de « rester dans le droit chemin », je me rends parfois coupable de certains de ces travers ! Et vous, quels sont les péchés qui vous enverront rôtir dans l’enfer des traducteurs ? Le confessionnal est ouvert ! ;)

 

2 commentaires
  1. Oh, mais tu sais que la tentation est grande pour à peu près tous ces péchés ? Oui, sinon, ce ne serait pas des péchés, me répondras-tu…
    Comme tu le dis, tout est une question d’équilibre. Et l’équilibre se fait au fil du temps, on peut toujours se rattraper quand on commence à dévier :)

  2. - Mon Père, pardonnez-moi, car j’ai péché.
    – La confession est le premier pas vers le pardon, mon Fils. Je vous écoute.
    – Mon Père, je suis ici à me confesser alors que j’ai trop de projets de traduction qui demandent mon attention immédiate pour que je sois en mesure de respecter les échéanciers inhumains que j’ai acceptés pour obtenir ces contrats aux tarifs ridicules.
    – …
    – Mon Père?
    – Paix ait votre âme, mon Fils.

Laisser une réponse

*

Les mots nomades

Jeanne Vandewattyne, traductrice indépendante anglais-français et espagnol-français, spécialisée dans le développement international, le tourisme et le secteur maritime (pêche, aquaculture et environnement marin).

Me contacter

Jeanne Vandewattyne
Les mots nomades
Tél. : (+33) 06 76 71 57 46
E-mail : jeanne [at] lesmotsnomades.com
Page Facebook Twitter LinkedIn E-mail Flux RSS